A peine 2 mois après la Transgrancanaria, je me retrouve de nouveau sur une île volcanique au large des côtes marocaines. Mais cette fois-ci ce n’est pas le pavillon espagnol qui flotte au gré du vent mais celui du Portugal.

Madère, l’île aux fleurs qu’on surnomme aussi la petite Réunion, est un véritable joyau. A seulement quelques heures d’avion des grandes métropoles européennes, l’amphithéâtre luxuriant et montagneux, qu’elle offre aux plaisirs des visiteurs, constitue un terrain de jeu idéal pour accueillir un ultra-trail.

Avec ses 115 km et 7 000 m de dénivelé positif, le Madeira Island Ultra-Trail (ou MIUT pour les intimes), s’est ainsi rapidement imposé comme une course de référence au sein du calendrier mondial. Cette année encore les meilleurs de la discipline s’étaient donnés rendez-vous pour en découdre au milieu de ce fantastique décor.

Une fois de plus, c’est avec mon pote, le photographe Alexis Berg (Grand Trail) que j’ai pu suivre cette course au coeur de l’île de Madère.

H 00:00

C’est en bord de mer, dans la petite ville de Porto Moniz, au nord-ouest de l’île, à minuit précise, qu’est donné le départ du MIUT.

François D’Haene en patron

Dès les premières lueurs du jour, c’est François D’Haene qui débouche le premier sur les hauteurs du Pico Ruivo. Il est suivi par l’impressionnant espagnol Pau Capell, déjà vainqueur de la Transgrancanaria quelques semaines plus tôt, et Xavier Thévenard non loin derrière.

Une traversée majestueuse…

Au coeur de l’île, les coureurs empruntent des kilomètres de sentiers taillés dans la montagne. Le décor est exceptionnel mais le terrain est rude. Les sombres tunnels laissent place à de hautes marches qui entament sévèrement les organismes déjà bien fatigués.

Un trio de tête de première classe

13h05 seulement après son départ de Porto Moniz, François D’Haene franchit en vainqueur la ligne d’arrivée à Machico. Il explose ainsi le précédent record détenu par Zach Miller de plus de 50 minutes. Une performance exceptionnelle qui signe son grand retour au plus haut niveau mondial. Pau Capell, auteur d’une course remarquable termine quant à lui second à seulement 22 minutes. Xavier Thévenard complète le podium alors que c’est le lituanien Gediminas Grinius qui s’octroie la 4ème place.

Chez les femmes, la domination d’Andrea Huser n’a fait aucun doute. Elle remporte ainsi la course en un peu plus de 16h.

Des montagnes mais aussi la mer

Une fois n’est pas coutume, ce Madeira Island Ultra-Trail ne se contente pas d’arpenter de magnifiques sentiers en montagne, il s’accorde aussi un petit passage par le bord de mer, tout aussi somptueux. A vous d’en juger !

Et soudain, le ciel s’embrase…

On a hésité ! Après 18 heures de suivi sur la course, près de 36 heures sans dormir, la fatigue commençait à bien se faire ressentir pour Alexis et moi. Et puis nous y sommes allés… Malgré un ciel couvert, on a tenté notre chance. Nous sommes retournés au sommet de l’île, au Pico Areeiro, pour espérer photographier la queue du peloton au coucher du soleil. Une sage décision ! Le ciel s’est littéralement embrasé sous nos yeux, offrant des couleurs exceptionnelles. On ne pouvait pas rêver mieux pour clore ce magnifique Madeira Island Ultra-Trail.

A la prochaine ;)