C’est au nord de la Norvège, dans la ville de Tromsø, capitale de l’Artique, que se déroule chaque année une des épreuves les plus difficiles du calendrier de skyrunning. La Tromsø Skyrace, imaginée et organisée par Kilian Jornet et Emelie Forsberg, est à l’image de la passion des deux athlètes pour la discipline. Situés entre fjords et montagnes, les environs de Tromsø offrent le décor parfait pour cette course mythique, à la fois sauvage et engagée. Les paysages traversés sont magnifiques mais ils se méritent ; les sentiers herbeux laissant rapidement place à des arêtes rocheuses sans pitié. Une course qui nécessite donc une bonne assurance en montagne mais qui saura ravir les adeptes du skyrunning.

L’épreuve réunit 4 courses en l’espace de deux jours :

– Le Blamman Vertical Kilometer : 2,7 km et 1044 m de D+

– La Bøntuva Tour Race : 15 km et 800 m de D+

– La Tromdalstind Skyrace : env. 30 km et 2000 m de D+

– L’Hamperokken Skyrace : env. 58 km et 4800 m de D+

Je vous propose donc sur la suite de l’article une petite sélection de clichés réalisés sur le kilomètre vertical et sur l’épreuve reine de 58 km…

Blamann Vertical Kilometer

Blamman est le nom d’un sommet situé à une vingtaine de kilomètres de Tromsø. C’est ici, au bord d’un fjord, sur le bas côté d’une route qu’à lieu le départ du kilomètre vertical. Le tracé est simple puisqu’il relie la mer au sommet de la montagne.

A ce jeu c’est le norvégien Stian Angermund (récent vainqueur du marathon de Zegama et second du marathon du Mont-Blanc) qui est le plus fort. Il ne lui a fallu que 36 min 59″ pour franchir la ligne d’arrivée. Suivent le français Alexis Sevennec (37 min 46″) et le suisse Pierre Metan (40 min 37″).

Chez les femmes, à une seconde près, la victoire revient à la norvégienne Eli Anne Dvergsdal (45 min 58″) devant Emelie Forsberg (45 min 59″).

Hamperokken Skyrace

Le parcours de 58 km réunit deux des plus hauts sommets de la zone : le Tromdalstinden (1238 m) et l’Hamperokken (1404 m). Il emprunte de nombreuses portions sans chemin, où seul les petits drapeaux permettent de visualiser l’itinéraire. C’est une course rude et engagée, avec un passage très spectaculaire sur l’arête de l’Hamperokken. Une fois n’est pas coutume, cette année la météo avait décidé d’être clémente et de nous laisser admirer les magnifiques paysages traversés par l’épreuve.

Au terme de 7 h d’effort, c’est finalement le britannique Jonathan Albon qui s’impose sur cette épreuve de 58 km. Derrière on retrouve le népalais Bhim Gurung (7 h 08′) suivi par trois français : Michel Lanne (7 h 27′), Fabien Antolinos (7 h 32′) et Gaël Reynaud (7 h 33′).

Chez les féminines, Maïté Mayora (ESP – 8 h 21′) remporte la course devant Ragna Debats (NED – 8 h 25′) et Nuria Picas (ESP – 8 h 39′).