Toujours aussi avide et féru de voyages, cet été j’avais décidé de mettre le cap plein Nord, direction les îles Lofoten, en Norvège. Un territoire bien connu des photographes du monde entier qui viennent ici admirer les paysages absolument sublimes.

L’idée était de faire une traversée : rejoindre Tromsø (quelques jours avant la Tromsø Skyrace) en partant de Bodø. Mais cette fois j’avais préféré délaisser la voiture pour me déplacer à vélo. Une très bonne idée sur le papier qui s’est révélée parfois un peu galère sur le terrain (surtout par manque de préparation de ma part) ! Malgré ces petites péripéties je crois que j’ai eu beaucoup de chance car 50% du voyage s’est déroulé sous le soleil. Quand on connait la météo capricieuse des ces régions, on ne peut qu’apprécier les bonnes conditions. Je n’ai pas délaissé pour autant les montagnes puisque j’en ai aussi profité pour effectuer bon nombre de randonnées sur les sentiers norvégiens.

Avant de découvrir une petite sélection des photos de mon voyage, voici une petite carte pour situer l’itinéraire. J’ai d’abord visité les îles Lofoten, puis les îles Vesteralen ainsi que l’île de Senja avant de rejoindre Tromsø.  Cela représente environ 550 km de vélo (6000 m de dénivelé), le tout effectué en une quinzaine jours.

Værøy, Lofoten

Autant vous le dire tout de suite, Værøy a été un véritable coup de coeur dans ce voyage ! Imaginez, après 4 heures de ferry, débarquer sur cette petite île de 17 km2. Il est à peine 9h du matin, les rues sont complètement désertes, tout semble hors du temps. Après quelques coups de pédale sur l’unique route de l’île, c’est à pied que je pars explorer les montagnes. La nature qui m’entoure est absolument magnifique. Tout à coup je prends conscience que visiter un tel endroit est un immense privilège. Chaque seconde est un instant de contemplation.

Le village de Måstad, uniquement accessible par la mer ou à pied. 

La partie Ouest de l’île de Værøy. 

Reine & ses environs, Lofoten

Cette partie est sans doute la plus connue et la plus touristique des îles Lofoten. C’est aussi à mes yeux la plus impressionnante. Les fjords qui entourent la ville de Reine sont sublimes. Des montagnes de près de 1 000 mètres de haut se jettent directement dans une mer bleue turquoise. On retrouve aussi de très nombreux lacs de montagne, ainsi que des plages de sable fin à couper le souffle. Tout est réuni pour faire de ce lieu un des plus exceptionnels au monde.

— Reine —

La vue depuis le sommet de Reinebriggen est juste exceptionnelle.

— Munkebu & Hermanndalstinden —

Depuis le sommet d’Hermanndalstinden (1029 m), on peut apercevoir toute la partie sud des Lofoten.

— Bunes Beach —

La plage de Bunes, depuis le sommet de Helvestestinden.

— Kvalvika —

Kvalvika, une plage magnifique tout près de Fredvang. 

La plage de Kvalvika depuis le sommet de Ryten.

Un jour sur plage, un jour en montagne, pour les bivouacs, il y a le choix !

En remontant vers le nord des Lofoten

— Nusfjord —

Après quelques jours passés dans les environs de Reine, je prends la route en direction de Leknes. Je décide de faire un petit détour pour visiter le village de Nusfjord, l’un des plus vieux de Norvège. Enclavé entre de vertigineuses falaises de roc et bercé par le cri des mouettes, Nusfjord est aussi un village de pêcheurs très bien conservé. Tout autour d’un quai en bois, en forme de fer à cheval, sont disposés de beaux rorbuer rouges et des entrepôts jaunes.

— Haukland —

Un peu plus au Nord de Leknes se trouvent les plages d’Haukland et d’Uttakleiv, deux sites très fréquentés mais qui valent le détour.

Au sommet de Himmeltinden. En contrebas à droite, on peut apercevoir la plage d’Haukland.

— Henningsvaer —

Non loin de là, on trouve également Henningsvaer. La petite ville a été construite sur un chapelet d’îles reliées par des ponts. Le petit port est vraiment sympa mais la vue depuis le sommet voisin, le Festvagtinden, est encore plus belle.

Henningsvaer depuis le sommet de Festvagtinden.

— Geitgaljartind —

Dernière balade, et non des moindres, avant de quitter les îles Lofoten, le Geitgaljartind : un sommet situé à un peu plus de 1000 mètres au dessus du niveau de la mer. Grosse surprise et vrai régal en voyant que plus de 50% de l’itinéraire est enneigé.

Depuis le sommet de Geitgaljartind.

Les îles Vesteralen

Après plus d’une semaine passée sur les îles Lofoten, c’est en prenant le ferry que je rejoins les îles Vesteralen, un peu plus au Nord. Le paysage change un peu. Il devient plus ouvert, plus agricole. Les montagnes s’adoucissent et les fjords laissent place à de grandes plaines sauvages.

— Nyksund —

Ce petit village perdu au nord des îles Vesteralen est niché au bout d’une route qui serpente entre les fjords. Ici, pas de béton et bien peu d’infrastructures hôtelières. Malgré les quelques touristes qui visitent la localité à la belle saison, Nyksund reste un oasis de paix et de tranquillité. Les anciennes maisons de pêcheurs de couleurs vives donnent beaucoup de charmes à cet endroit, là aussi hors du temps.

Le mauvais temps, il fallait bien qu’il finisse par arriver. Mais malheureusement il m’aura privé d’aller observer les baleines au large d’Andenes !

L’île de Senja

Tentant de fuir la pluie et le vent, je passe rapidement sur l’île de Senja, au prix d’une traversée en ferry mémorable, dans une mer déchainée. Bien moins populaire que les Lofoten, l’île de Senja est tout aussi intéressante et surtout beaucoup plus sauvage. J’y suis resté environ 48 heures et malgré le mauvais temps, c’est un des endroits que j’ai le plus apprécié au cours de mon voyage.

Depuis le sommet de Segla, la vue est semplide. En contrebas, le village de Fjordgard.

Kvaloya & Tromsø

Kvaloya est la dernière île avant de rejoindre Tromsø. Après avoir visité le joli petit village de Sommaroy, je poursuis ma route vers l’Est. Le mauvais temps m’accompagne toujours mais les paysages traversés me font oublier les quelques gouttes d’eau déversées par les nuages.

La ville de Sommarøy.

— Tromsø —

Quelle étrange sensation que de pénétrer dans une grande ville ! Tromsø, capitale de l’Artique, compte plus de 70 000 habitants, rien à voir avec tous les villages que j’ai pu traverser pendant deux semaines. C’est une jolie ville, agréable. On prend plaisir à se balader dans les rues piétonnes et sur les quais près du vieux port. C’est ici que mon périple à vélo se termine. J’en profite pour retrouver un peu de confort dans une auberge de jeunesse idéalement placée, à proximité du centre ville.

La suite ? C’est la Tromsø Skyrace, une course de Skyrunning qui explore les montagnes surplombant la ville. Et si vous souhaitez voir mes photos de la course, c’est par ici ;)

A très vite, pour de nouvelles aventures…

One Comment

  • metaye lydia dit :

    wahouuuuuuuu! c’est trop beau!ça suscite encore des envies de voyages!biz à toi et bravo pour ces superbes clichées!